Mondial 2022: Trois points à retenir de la victoire face à la Géorgie

Mondial 2022: Trois points à retenir de la victoire face à la Géorgie
Advertisements
Dans le cadre de sa préparation pour le Mondial, l’équipe nationale s’est imposée face à la Géorgie en amical, jeudi soir aux Emirats arabes unis (3-0). Pour leur dernier test avant le début de la compétition, les Lions de l’Atlas ont rassuré, mais pour le sélectionneur Walid Regragui, tout reste à faire pour être prêts le 23 novembre prochain. Trois points à retenir de la prestation des Lions.

Jeudi soir aux Emirats arabes unis devant plus 8.000 supporters marocains, les Lions de l’Atlas n’ont fait qu’une bouchée de la Géorgie entraînée par l’ancien international français, Willy Sagnol dont l’adjoint n’est autre d’Adil Chadli, l’ancien international tunisien qui a porté le maillot du Raja.

Face à Walid Regragui se dressaient deux tacticiens qui connaissent bien l’équipe nationale, ses joueurs, ses qualités et ses lacunes. Pourtant, sur les 90 minutes, il n’y a pas eu photo, les Lions de l’Atlas étaient largement au dessus dans tous les compartiments de jeu.

Un style qui se développe

Nommé sélectionneur national en août dernier, Walid Regragui était conscient de la responsabilité qu’il a volontiers acceptée à moins de trois mois du coup d’envoi du Mondial 2022. Mais il paraît que le nouveau patron de la tanière a doublé d’effort pour trouver une formule qui marche, une formule qui gagne, mais surtout une formule qui rassure.

La prestation face à la Géorgie a été dans la suite des deux précédents matchs amicaux, face au Chili (2-0) et contre le Paraguay (0-0). Malgré un onze de départ légèrement remanié avec la titularisation de Yahya Jabrane aux dépens de Sofyan Amrabat et Attiat-Allah qui a remplacé Noussair Mazraoui à gauche de la défense, l’équipe nationale a gardé les mêmes principes de jeu.

Un pressing haut, avec une multiplication des triangles au niveau de la circulation du ballon. La création de triangles entre Azzedine Ounahi, Achraf Hakimi et Hakim Ziyech a d’ailleurs été à l’origine du premier but des Lions de l’Atlas marqué par Youssef En-Nesyri. Défensivement, les Lions essayent au mieux de garder leurs lignes resserrées et les joueurs font les efforts de repli nécessaires. De bon augure.

Un état d’esprit irréprochable

Les Lions de l’Atlas se soutiennent, se couvrent et prennent du plaisir sur le terrain. L’état d’esprit et la bonne ambiance dans laquelle baigne le groupe depuis l’arrivée de Walid Regragui se reflète sur la pelouse.

Les joueurs de l’équipe nationale sont tous impliqués, peu importe l’enjeu. La bonne concurrence pour les postes est bénéfique et fait du bien au groupe. Les places sont chères, surtout en défense, la zone où l’Mountakhab montre le plus de fébrilité. Le capitaine, Romain Saïss retrouve petit à petit son niveau d’il y’a une saison et demi. A ses côtés, Nayef Aguerd qui revient d’une blessure de trois mois retrouve également ses sensations. Mais contrairement à Vahid Halilhodzic, Walid Regragui semble mettre les deux piliers en concurrence avec Jawad El Yamiq et Achraf Dari. Le premier a fait une très bonne entrée en jeu hier soir, alors que Dari, titularisé lors des deux premiers matchs amicaux avait réussi à rendre une très belle copie au sélectionneur.

Hakim Ziyech, facteur X

Hakim Ziyech of Morocco during the international friendly match between Morocco and Chile played at RCDE Stadium on September 23, 2022 in Barcelona, Spain. (Photo by Colas Buera / Pressinphoto / Icon Sport) – Photo by Icon sport

Saison difficile en club, retour en sélection après plus d’un an et demi de mise à l’écart… Hakim Ziyech est revenu fort en marquant l’un des plus beaux buts de l’année. De sa moitié de terrain, Ziyech contrôle, lève la tête et adresse un lob magique de sa patte gauche habitué à faire des merveilles. Sa manière de célébrer laisse transparaître un Ziyech calme, qui reste concentré sur ce qui arrive malgré son exploit individuel extraordinaire.

Au Mondial, Hakim aura l’occasion de prendre sa revanche sportive, lui qui ne joue que quelques bouts de match avec Chelsea. Mais la force mentale de Ziyech fait de lui le joueur qu’il est aujourd’hui. Une totale confiance en soi malgré les difficulté, qui le pousse à tenter des gestes comme celui de jeudi soir. Et si Hakim était le facteur X du Mondial?

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *