La Mamounia, le joyau de Churchill Winston

La Mamounia, le joyau de Churchill Winston
Advertisements

Le Conseil de la ville de Marrakech a décidé de céder ses parts au luxueux hôtel “La Mamounia pour  115 hectares de biens fonciers étatiques lors de seconde session du mois d’octobre courant.

La décision arrive suite a l’annonce dans le Bulletin officiel  en Février dernier , qui autorise le transfert de ces entreprises publiques au secteur privé et renonce à la privatisation de plusieurs sociétés comme la Cotef (société de textile de Fès) et la Sococharbo (Société commerciale de charbon et bois).

Les actions cédées .respectivement partagéesentre la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et l’Office national des chemins de fer (ONCF), valaient 28% de la totalité des parts.

Construite en 1923, alors que le Maroc était un protectorat français, la Mamouniamélange avec parfaite harmonie les lignes sobres de l’architecture Art Déco avec les subtilités des décorations arabes traditionnelles. L'hôtel a longtemps été considéré comme le chef-d'œuvre de cette fusion de styles unique à une poignée d'immeubles marocains.

«C’est le plus bel endroit du monde.» Telle Winston S., Churchill, à Franklin D. Roosevelt à propos de Marrakech en 1943.

Churchill a commencé sa liaison avec Marrakech pendant les «années de désert» des années 30, frustré par le refus du gouvernement Baldwin de lui attribuer un poste de ministre, il passa l’hiver 1935-1936 en vacances de peinture au Maroc. Il était particulièrement attiré par une ville qu’il appelait le «Paris du Sahara» en raison du contraste saisissant entre son désert aride et le cadre de l’imposant massif de l’Atlas qui entourait Marrakech, ce qui l’a inspiré à peindre certaines de ses plus belles aquarelles.

Ainsi, lorsque Churchill arriva à Casablanca en 1943 pour un sommet avec Roosevelt et les chefs d'état-major alliés afin de tracer la voie à suivre pour la campagne militaire visant à vaincre l'Allemagne nazie, le Premier ministre britannique insista pour que les deux dirigeants interrompent leurs délibérations et passer quelques jours à Marrakech.

«On ne peut pas venir jusqu'en Afrique du Nord sans voir Marrakech…Je dois être avec vous quand vous voyez le soleil se coucher sur les montagnes de l'Atlas.», a déclaré Churchill à Roosevelt, sceptique, qui souhaitait rentrer immédiatement aux États-Unis pour se concentrer sur la gestion de l'effort de guerre.

Le Premier ministre, qui avait persuadé le président de se rendre dans son lieu de prédilection après la conférence de Casablanca, a fait cette remarque en regardant l'un des magnifiques couchers de soleil pour lesquels la ville est célèbre, le soleil couchant teintant les lointains sommets enneigés de la ville, les montagnes de l'Atlas velours rouge. De telles scènes inspirèrent souvent Churchill à prendre son pinceau à Marrakech, bien qu’il ne trouvât le temps, pendant la Seconde Guerre mondiale, de peindre qu’un tableau. Lors de ses visites, Churchill a choisi de séjourner au luxueux hôtel La Mamounia, notamment parce que les vues depuis le toit étaient incomparablement pittoresques.

«Marrakech est tout simplement le meilleur endroit sur Terre pour passer l’après-midi»estimaitWinston Churchill,ce qui explique pourquoi même son calendrier exigeant en tant que dirigeant britannique de la guerre ne pourrait le dissuader de vivre les charmes de la ville inspirante du Maroc.

Bien que Churchill prenne fréquemment des vacances d’hiver à Marrakech pour le reste de ses jours, il resta toujours après la guerre à La Mamounia, le meilleur hôtel de la ville. Cela est dû en partie au fait qu’après la guerre, les propriétaires de la Villa Taylor ont renoncé à la propriété. Ayant été des républicains, on raconte que les Taylors étaient horrifiés que Churchill ait invité un président démocrate à dormir sous son toit.

La propriété passa ensuite au Comte de Breteuil, un homme d'affaires français qui possédait des journaux à Casablanca et dont l'épouse était un ami proche d'Yves Saint Laurent, et le soutint dans ses efforts pour transformer le jardin Majorelle voisin en un des principaux sites touristiques de la ville. .

Mais malgré les liens étroits que Villa Taylor entretenait avec le plus grand chef britannique de la guerre, la propriété tomba peu à peu en désuétude et fut finalement achetée par le défunt roidu Maroc, qui envisageait de la transformer en une résidence pour le prince héritier, mais aui a abandonné cette idée.

Marrakech s'est peut-être développée de façon spectaculaire au fil des ans, devenant l'une des destinations touristiques les plus populaires d'Afrique du Nord, mais il est toujours possible de ressentir la magie qui a inspiré Churchill.

Advertisements

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *