Le roi demande au chemin de fer Marrakech-Agadir de renforcer encore l’économie interne du Maroc.

Le roi demande au chemin de fer Marrakech-Agadir de renforcer encore l’économie interne du Maroc.
Advertisements

L’anniversaire de la Marche verte de cette année n’a pas été uniquement un événement qui a permis au Maroc de renouveler son engagement et sa souveraineté sur le Sahara.

Lors de son discours télévisé annuel à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte, le roi Mohammed VI a partagé ses aspirations et sa vision d'une économie interne plus équilibrée couvrant les 12 régions du Maroc.

Le 6 novembre, le monarque a commencé son discours avec un vœu ferme et sincère que le Maroc n'acceptera aucune solution au conflit du Sahara Occidental autre que son plan d'autonomie. Pour le Maroc, l'initiative d'autonomie soumise à l'ONU en 2007 est la "seule voie à suivre pour un règlement du conflit du Sahara marocain", comme l’ a réitéré le roi Mohammed VI.

Après la ferme affirmation de la position inébranlable du Maroc, le Roi a relevé certains défis ou obstacles, lui permettant d’achever ses projets de développement régional. L’infrastructure était l’un des principaux défis abordés dans le discours de ce soir.

Le roi s’étonne que, malgré l’importance géographique de certaines régions, des problèmes d’infrastructure continuent de nuire aux projets de régionalisation.

À titre d’exemple, le Roi a évoqué l’absence de voie ferrée reliant Agadir et Marrakech, deux des villes les plus importantes du Maroc, en termes de tourisme et d’industrie.

À la fin du mois de juillet, près de 7,544 millions de touristes ont visité le Maroc, selon l’Observatoire du tourisme du Maroc. Marrakech et Agadir figurent en tête de liste des destinations préférées.

«Les deux destinations touristiques de Marrakech et Agadir ont généré 57% des nuitées d'hôtel au cours des sept premiers mois de 2019», selon l'observatoire national.

Au cours de la même période, Agadir et Marrakech ont enregistré une augmentation des arrivées de 3% et 8% respectivement.

Le Roi a déploré que, malgré l’emplacement central d’Agadir, ses ressources, son potentiel et ses infrastructures demeurent des problèmes qui doivent être résolus dans un proche avenir afin de s’ouvrir à la région.

"Il n'est pas raisonnable que certaines infrastructures de base se terminent à Marrakech, alors que la région de Souss-Massa est en réalité le centre du Maroc et dispose d'un potentiel énorme", a déclaré le roi.

Le roi suggéra la création d'un chemin de fer reliant Marrakech à Agadir. Il a également recommandé une extension de la ligne de train couvrant les régions au sud de Marrakech.

Le roi a adressé des instructions aux autorités marocaines, les invitant à réfléchir sérieusement au développement d'un chemin de fer reliant les villes de Marrakech et Agadir.

Le projet, selon le monarque, serait une première étape avant de l'étendre au reste des régions du sud. Nous devrions également élargir le réseau routier que je cherche à développer par la construction de l'autoroute Agadir-Dakhla. " declara le Roi Mohamed VI.

Pour le roi, le projet ne vise pas seulement à promouvoir la région, mais aussi à contribuer à son développement et à sa croissance économique en ce qui concerne «le transport de personnes et de marchandises et la promotion des exportations, du tourisme et d'autres activités économiques».

Le monarque considère également le projet comme un «levier essentiel» pour créer des opportunités d'emploi, sachant que le chômage fait partie des défis majeurs auxquels le Maroc continue de faire face.

Le taux de chômage s'élevait à 9,4% à la fin du mois de septembre, a annoncé le Haut-commissariat au Plan le mercredi 6 novembre. Ce taux est légèrement supérieur à celui de la même période de l'année précédente, où il se situait à 9,3%.

Dans ses récents discours, le roi a appelé le gouvernement à créer davantage de possibilités d'emploi pour les jeunes.

Le roi est déterminé à faire de la région de Souss Massa un "centre économique" servant de pont entre le nord et le sud du Maroc.

"Cela devrait être réalisé dans le cadre de la régionalisation avancée et de la répartition équitable des richesses entre toutes les régions", a déclaré le roi.

Il a ajouté qu'il espérait voir un Maroc avec des "régions harmonieuses et intégrées", bénéficiant sur un pied d'égalité "d'infrastructures et de grands projets qui devraient être profitables pour tous".

Advertisements

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *