Le Maroc à la tête de la Coalition africaine pour un «climat intelligent» avant la COP 25

Le Maroc à la tête de la Coalition africaine pour un «climat intelligent» avant la COP 25
Advertisements

Alors que le Maroc se positionne résolument dans le petit cercle de pays salués pour leur volonté manifestée de faire face à la crise climatique mondiale, le pays nord-africain dirige une coalition africaine pour un «climat intelligent» et une agriculture durable.

Quelques semaines avant la COP 25 en Espagne, l'AAA (Adapting African Agriculture), comme l'appelle la coalition elle-même, plaide pour des politiques plus intégrées au niveau continental afin de promouvoir l'initiative du climat intelligent en Afrique.

Lancé en 2016 à la demande du Maroc, le pays qui a organisé la réunion de la COP 22 cette année-là, AAA se définit comme un laboratoire de réflexion sur la durabilité et le respect du climat dans les projets africains, ainsi qu'un lien entre les parties prenantes des gouvernements africains (gouvernements et acteurs privés) et leurs pairs internationaux dans le monde du climat intelligent et de l’agriculture durable.

«Nous sommes particulièrement intéressés à établir un lien entre le climat et le monde agricole», a déclaré à l'AFP Abir Lemseffer, directrice de l'AAA, lors d'une réunion de deux jours organisée par son groupe le 4 novembre sur le campus de l'Université polytechnique Mohammed VI à Benguerir, appartenant à OCP. .

Une partie essentielle du combat de l’AAA consiste à donner une place de choix au programme pour l’agriculture et le climat durables de l’Afrique lors de réunions et de négociations internationales sur le climat.

À ce jour, le groupe bénéficie du soutien et de la contribution de 35 pays africains, soit plus de la moitié des 54 États du continent.

Le Tchad, la Somalie et la Tunisie ont rejoint l’effort continental mardi. Deux de ces trois nouveaux États membres – le Tchad et la Somalie – sont les témoins directs ou les principales victimes de la dégradation croissante du climat qui frappe le continent, en particulier dans les sous-continents du Sahel et de la Corne de l'Afrique.

Les réunions de l'AAA ont généralement lieu chaque année en prélude à une réunion de la CdP, a souligné la directrice Lemseffer lors de son entretien avec AFP. Pendant ce temps, quelques semaines avant la réunion de la COP 25 à Madrid du 2 au13 décembre, le syndicat des 35 pays attire de plus en plus l'attention qu'il recherchait.

Lors de sa réunion à Benguerir plus tôt cette semaine, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD) ont félicité AAA. Les deux institutions financières se sont engagées à investir leur poids dans le plaidoyer du groupe en faveur d'une agriculture plus durable et plus intelligente sur le continent africain. .

La Banque mondiale s'est déclarée prête à accompagner ses efforts en investissant 2 milliards de dollars dans l'agriculture intelligente dans 11 des pays AAA d'Afrique. Pour sa part, BAD a annoncé sa coopération avec AAA pour "soutenir une transformation durable de l'agriculture en Afrique".

Selon le directeur de l’AAA, l’appel du groupe à des actions continentales «intelligentes» survient à un moment particulièrement difficile pour l’agriculture africaine.

Alors que plus de 200 millions d'Africains seraient actuellement sous-alimentés, la production agricole continentale devrait diminuer de 20% au cours des trois prochaines décennies. Les projections sombres appellent des actions continentales énergiques si le continent veut relever le défi déterminant de nourrir sa population croissante.

Entre-temps, le Maroc, armé de son groupe OCP, tient à diriger l’action continentale en faveur d’une agriculture intelligente, durable et efficace.

Advertisements

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *