Le Cap-Vert soutient la position du Maroc sur le Sahara occidental et la candidature de la CEDEAO

Le Cap-Vert soutient la position du Maroc sur le Sahara occidental et la candidature de la CEDEAO
Advertisements

Après avoir retiré sa reconnaissance de la RASD en 2007, le Cap-Vert est devenu l'un des champions du Maroc, ainsi que ses ambitions africaines.

Lors d’une conférence de presse tenue le 15 novembre à la suite d’une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères du Maroc Nasser Bourita, Luis Felipe Tavarez, ministre adjoint des Affaires étrangères et de la Défense du Cap-Vert, a exprimé la "sincérité" de la "relation stratégique" de son pays avec le Maroc. Tavarez a déclaré que le Cap-Vert reconnaissait à la fois la «marocainité du Sahara occidental» et l’engagement du Maroc en faveur de l’Afrique et de sa prospérité.

«Le Cap-Vert cherche un moyen responsable et crédible de résoudre ce conflit régional conformément aux efforts de l'ONU», a-t-il affirmé, en faisant allusion au plan d'autonomie marocain, une proposition largement décrite comme «sérieuse» et «crédible». ”

Au-delà de la référence à la proposition marocaine concernant le Sahara occidental, Tavarez a longuement parlé du statut de leader du Maroc en Afrique.

Il a affirmé qu'une grande partie du soutien de son pays au Maroc et des initiatives marocaines à travers le continent repose sur la conviction que le Maroc, qui est «sur le bon chemin» en termes de stabilité et de prospérité socio-économique, peut être à la fois une source d'inspiration et un partenaire fiable pour ses «frères africains».

Selon Tavarez, Rabat peut exporter son expérience et son savoir-faire vers la majorité des pays africains qui luttent encore pour satisfaire certaines des exigences de développement les plus fondamentales.

«Le Cap-Vert est un pays voisin et frère [du Maroc]. Nous partageons des frontières maritimes, mais nous partageons principalement un héritage culturel commun; nous appartenons au même continent… Nous avons des valeurs communes et des points de vue convergents sur de nombreuses questions régionales et continentales », a-t-il déclaré à propos des relations bilatérales entre les deux pays.

Tavarez a rappelé que son pays, l'un des pionniers du retour du Maroc au sein de l'UA, avait largement contribué à convaincre le bloc de l'Afrique de l'Ouest d'ouvrir ses bras de manière institutionnelle à son frère et partenaire marocain. Il a promis de continuer à travailler «avec toute  sincérité et  responsabilité» pour soutenir et promouvoir les ambitions de la CEDEAO au Maroc.

Advertisements

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *