L’ANC sud-africaine va ‘punir’ les membres qui ont soutenu le Maroc pour l’UCLG

Advertisements

Ace Magashule, secrétaire général du Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir en Afrique du Sud, a critiqué les membres de son parti pour avoir «désobéi à ses instructions» de rejeter la candidature du Maroc à la présidence de Cités et Gouvernements Locaux Unis (UCLG).

La semaine dernière à Durban, en Afrique du Sud, UCLG -World a élu le Marocain Mohamed Boudra, maire de la ville d’Al Hoceima et président de l’Association marocaine des présidents du conseil municipal, président du conseil pour la période 2019-2022.

Les élections de Boudra ont eu lieu à la fin du 6ème Congrès de UCLG et du Sommet mondial des dirigeants locaux et régionaux en Afrique du Sud les 11 et 15 novembre.

En réponse, le secrétaire général du parti sud-africain a vivement critiqué ses collègues de l'ANC.

Magashule a accusé les politiciens qui avaient assisté au congrès de UCLG d '"insubordination" après avoir désobéi à ses instructions de boycotter le candidat marocain.

Il a également déclaré que les membres seraient passibles de mesures disciplinaires pour avoir défié les politiques de l'ANC. Historiquement, l'ANC soutient les revendications du groupe dissident Polisario au Sahara Occidental.

«La conduite de l'ANC en tant qu'organisation et celle de nos membres qui sont délégués pour nous représenter lors de forums et de réunions doivent toujours être irréprochables, fondées sur des principes et éclairées par nos positions politiques officielles. Cela doit être juste, aux niveaux national et international », a-t-il déclaré.

L'Afrique du Sud est connue pour sa position inébranlable dans le conflit du Sahara occidental. Comme son parti à l'ANC, l'Afrique du Sud soutient les revendications d'indépendance du Front Polisario, tandis que le Maroc considère que sa souveraineté sur la région est inconcevable.

Les relations entre Pretoria et Rabat ont fluctué depuis 2004. Le Maroc a rappelé son ambassadeur en Afrique du Sud en raison de la décision de Pretoria de reconnaître la soi-disant République arabe sahraouie démocratique (RASD).

En octobre de cette année, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a reçu le nouvel ambassadeur du Maroc à Pretoria, Youssef Amrani, qui a présenté ses lettres de créance.

Amrani est le premier ambassadeur marocain en Afrique du Sud depuis 15 ans.

Le nouvel ambassadeur a partagé avec le journal MWN son ambition d’instaurer «le désir du Maroc de renforcer les liens d’amitié et de coopération entre les deux pays».

Avec les relations de longue date de l’Afrique du Sud avec le Front Polisario, il reste à savoir si Amrani réussira à convaincre l’Afrique du Sud de changer sa position sur le conflit.

Advertisements

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *