Nasser Bourita défend le record d’investissement du Maroc lors du pacte du G20 avec l’Afrique

Advertisements

Deux ans après le lancement du Pacte du G20 avec l'Afrique par la chancelière allemande Angela Merkel, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré au groupe que le Maroc progressait et réalisait des investissements énormes en Afrique. Le Pacte du G20 avec l'Afrique s'est réuni à Berlin pour un sommet le mardi 19 novembre.

Dans le contexte où pacte qui n’a «pas répondu aux attentes», selon les propos du jounal allemand Deutsche Welle, Bourita a vanté les investissements accrus du Maroc en Afrique.

«Dire que l’Afrique est une priorité pour mon pays, ce n’est pas que des mots, mais une réalité. Il est au centre de la politique étrangère du royaume », a déclaré Bourita, cité par la MAP.

Bourita a souligné que, parmi les pays africains, le Maroc est le deuxième investisseur en Afrique. Au lieu d’aider, a déclaré Bourita, l’investissement est essentiel. Il a déclaré que le continent doit produire sa propre croissance au lieu de recevoir une aide au développement.

Le Pacte du G20 avec l’Afrique est une initiative mise en œuvre par Merkel à la suite de la crise des réfugiés et des migrants en Europe. Les pays européens ont proposé que si les perspectives économiques des pays en développement soient meilleures, moins de personnes essaient d'immigrer en Europe de manière irrégulière.

Les 12 partenaires africains du pacte sont principalement situés en Afrique du Nord et de l’Ouest francophones: Maroc, Tunisie, Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Togo et Bénin. Les exceptions notables aux pays francophones sont l'Egypte, l'Ethiopie, le Rwanda et le Ghana.

Bien que l’objectif du pacte soit de promouvoir les investissements privés en Afrique afin d’encourager une croissance économiquement durable, il s’est efforcé de le faire en encourageant les pays à adopter des réformes économiques.

Dans son discours au forum, Mme Merkel a souligné que les investissements allemands, ainsi que ceux des autres pays du G20, ont tendance à aller dans des endroits où règnent la transparence et la bonne gouvernance.

Bourita a expliqué que le monde développé devait s'engager avec les pays africains. "L'intérêt de l'Afrique, réside dans "le partenariat entre égaux et des solutions gagnant-gagnant"., a-t-il déclaré

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *