Le Maroc est une inspiration de l’agriculture au ‘’Africa Agri Forum’’

Advertisements

L’agriculture marocaine continue d’en inspirer de nombreuses personnes sur tout le continent africain, plusieurs pays africains s’étant engagés à exporter «le savoir-faire marocain» afin d’accroître la production nationale.

Au Forum Africa Agri tenu à Libreville, au Gabon, le jeudi 21 novembre, les participants ont parlé avec générosité du modèle marocain d’agriculture durable «réussi».

Selon un rapport du MAP, les panels du forum de Libreville ont notamment abordé le problème du financement des petits agriculteurs et des entreprises de taille moyenne liées à l’agriculture sur tout le continent. Le principal défi de l'agriculture africaine est le manque d'investissements dans le secteur, ont déclaré la plupart des panélistes.

Alors que l’agriculture reste le principal secteur économique de nombreux pays du continent, les petits agriculteurs, principaux moteurs de l’industrie agricole en Afrique, n’ont pas accès aux crédits bancaires ni à d’autres moyens d’investissement permettant à leurs activités à la fois de nourrir leurs familles et commercialiser une autre partie de leur production.

D'après MAP, l'un des thèmes récurrents du forum Africa Agri était "Les efforts du Maroc pour financer des projets agricoles et attirer les jeunes" dans le secteur.

Face aux multiples défis auxquels sont confrontées les politiques agricoles nationales sur le continent, et principalement aux disparités structurelles qui régissent une économie de plus en plus mondialisée, le Maroc est devenu un modèle à suivre pour de nombreux pays africains.

El Mostafa Chehhar, haut responsable du Crédit Agricole du Maroc, l'un des principaux piliers financiers du plan du Maroc Vert pour promouvoir l'agriculture durable, a expliqué les différentes politiques, réformes structurelles et canaux d'investissement mis en place par le Maroc pour alléger le fardeau des agriculteurs à petite échelle.

Le partage de «l’expertise marocaine» avec des partenaires africains, qui est souvent présenté comme faisant partie de «l’engagement de la responsabilité africaine du Maroc», a été un thème récurrent dans les cercles politiques au Maroc. L’OCP marocain, l’un des leaders mondiaux dans la production d’engrais et de produits agricoles connexes, a été à l’avant-garde du rayonnement du Maroc en Afrique.

Avec sa filiale OCP Africa, créée en 2016 lorsque le Maroc a pris une place prépondérante sur le continent, le groupe marocain a conclu de nombreux accords avec de nombreux pays d'Afrique subsaharienne.

Les efforts africains d’OCP incluent la création d’usines d’engrais dans certains pays, l’accompagnement de certains gouvernements dans leur tentative d’adoption de politiques agricoles rationnelles et la formation et les bourses offertes aux «futurs dirigeants du continent».

Myriam Ben Saiad, qui représentait OCP au forum de Libreville, a évoqué les efforts de la société marocaine pour rendre l’agriculture plus attrayante pour les jeunes marocains et africains. L’investissement dans une agriculture durable, at-elle dit, est l’un des moyens les plus sûrs de réaliser le potentiel de développement de l’Afrique.

En tant que futurs dirigeants du continent, a-t-elle expliqué, les jeunes doivent être au premier plan des efforts en faveur de la prospérité et de l’autosuffisance agricole en Afrique. Elle a cité la fondation de l’Université polytechnique Mohammed VI comme une partie intégrante de la volonté de l’OCP de jouer son rôle dans la transformation radicale de l’agriculture africaine.

Le Maroc veut montrer l'exemple alors que les gouvernements africains militent pour des politiques visant à adapter l'agriculture du continent aux défis d'une économie mondiale numérisée et en perpétuelle mondialisation. Alors que l’OCP et d’autres groupes marocains – en particulier dans les secteurs bancaire et des télécommunications – ont progressé en Afrique ces dernières années, l’ambition du Maroc en matière de leadership africain n’est pas passée inaperçue.

Comme le rapportait récemment un rapport, Morocco Inc est en train de devenir un acteur indispensable dans l'émergence d'un "ordre véritablement postcolonial" en Afrique. En rappelant avec insistance l’importance de renforcer les échanges intra-africains, y compris la coopération agricole, le rapport souligne que le «tournant de l’Afrique» du Maroc ne peut être ignoré si l’on veut comprendre l’Afrique contemporaine ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *