Le roi Mohammed VI: les actes israéliens en Palestine provoquent la violence dans la région

Le roi Mohammed VI: les actes israéliens en Palestine provoquent la violence dans la région
Advertisements

Le roi Mohammed VI a réitéré la ferme position du Maroc en faveur de la Palestine et des droits légitimes de son peuple dans un message adressé à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, le 29 novembre.

Le roi a adressé le message au président du comité des Nations unies pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, Cheikh Niang.

Le monarque a ouvert son message en réaffirmant la position de solidarité inébranlable du Maroc avec le peuple palestinien et une Palestine indépendante, avec Jérusalem-Est pour capitale.

«Je voudrais saisir cette occasion pour réitérer notre solidarité avec nos frères palestiniens et réaffirmer la position immuable du Royaume du Maroc et son soutien indéfectible aux Palestiniens. », a déclaré le roi.

Il a déclaré que la Palestine et son peuple devraient jouir de leurs droits légitimes et avoir le droit d'établir leur "État indépendant" dans le contexte  du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale. Ces droits sont conformes à la légitimité internationale et aux résolutions pertinentes des Nations Unies.

Le monarque a également parlé de l'efficacité de la solution des deux États, affirmant que sans elle, l'un des plus longs conflits territoriaux au monde n'aurait pas de fin.

Le roi a fait remarquer que la solution à deux-états devrait mettre fin au conflit conformément aux résolutions internationales sur la légitimité et à l'initiative de paix arabe. Il a également reconnu que le processus de paix était au point mort.

«Les négociations entre les Palestiniens et les Israéliens sont au point mort et des mesures illégales et unilatérales ont été prises dans les territoires palestiniens occupés. Nous sommes en droit de nous interroger sur le sort de la solution des deux États», a déclaré le monarque.

Le roi a averti que les violations israéliennes dans la région entraîneraient une tension, une violence et une instabilité accrues, "suscitant les pressentiments d'un avenir de conflit religieux et de haine". Il a souligné que le Maroc pensait que la solution des deux-états restait la seule base possible pour mettre fin au conflit israélo-palestinien et l'instauration d'une paix globale au Moyen-Orient.

Le souverain a déclaré que tous les efforts déployés n'aboutiraient à rien à moins que des mesures ne soient prises pour mettre fin à la politique de colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés.Le roi a également rappelé que Jérusalem-Est était la capitale de l'État palestinien.

«C’est donc l’une des questions relatives au statut final qui doit être résolue par des négociations entre les parties israélienne et palestinienne. C'est également un élément crucial du conflit dans l'ensemble du Moyen-Orient et un élément essentiel de la solution politique dans tout règlement entre les parties », a-t-il déclaré.

Le roi fait partie des dirigeants mondiaux qui continuent de condamner les actions israéliennes contre les droits légitimes des Palestiniens.

Cela fait cinq jours à peine que le Maroc a renouvelé son soutien indéfectible à la Palestine par le biais de son ambassadeur marocain au Caire, Ahmed Tazi.

Le 25 novembre, Tazi a déclaré lors d'une réunion du Conseil des ministres arabes des Affaires étrangères que le Maroc se tenait aux côtés de "ses frères palestiniens dans la détresse et défendait tous leurs droits, en particulier le droit d'établir un État de Palestine indépendant et viable".

Ce mois-ci a été marqué par l'une des escalades les plus meurtrières de la région ces dernières années: des centaines de Palestiniens ont été blessés.

Le bilan des Palestiniens à Gaza est passé à 32 le 13 novembre, après que les forces israéliennes eurent pris pour cible le groupe armé du «Jihad islamique» dans la région.

Les forces aériennes israéliennes ont tué des hommes et des femmes, ainsi qu'un garçon de 7 ans et deux autres mineurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *