Les agences de tourisme non certifiées au Maroc découragent les touristes chinois

Les agences de tourisme non certifiées au Maroc découragent les touristes chinois
Advertisements

La prolifération des guides touristiques illégaux ainsi que le manque d'application stricte des réglementations existantes font baisser le nombre de touristes chinois venant au Maroc, assombrissant l'avenir d'une tendance qui a été récemment présentée comme la plus prometteuse de l'industrie touristique marocaine.

En septembre de cette année, le ministère marocain du Tourisme a signé un «partenariat de co-marketing» avec Ctrip, la plus grande agence de voyage en ligne de Chine. Le partenariat vise à promouvoir le tourisme chinois au Maroc.

Commentant plus tard sur cet accord, le chef du gouvernement marocain, Saad Eddine El Othmani, a exprimé sa confiance dans la perspective d'un tourisme marocain axé sur la Chine.

 "Nous attendons que davantage de touristes chinois visitent le Maroc à l'avenir", a déclaré El Othmani.

"La coopération touristique entre les deux pays est d'une grande importance et renforcera la compréhension mutuelle entre les deux peuples ainsi que jetter les bases d'un renforcement supplémentaire des relations bilatérales", a-t-il poursuivi.

Le Maroc a attiré 200 000 touristes chinois en 2018 seulement, une forte augmentation par rapport aux 100 000 touristes chinois qui ont visité le pays l'année précédente. L'augmentation de 100% a fait exploser l'optimisme des autorités marocaines, ce qui laisse penser que le pays pourrait attirer jusqu'à 500 000 touristes chinois d'ici 2020.

Ces derniers mois, cependant, le nombre de touristes chinois au Maroc a régulièrement diminué. De 200 000 en 2018, le nombre est tombé à 190 000 cette année, ce qui fait de la projection de l'accueil de «500 000 touristes chinois d'ici 2020» un objectif inatteignable.

S'adressant au média marocain Media24, Hayat Jabrane, propriétaire d'une agence de tourisme qui s'adresse particulièrement aux touristes chinois, a pointé du doigt les accusateurs de la mise en œuvre assouplie de la réglementation du tourisme. Selon elle, cela a permis une prolifération rapide et inquiétante des agences de voyages illégales.

"Si en 2019, nous avons accueilli moins de touristes chinois qu'en 2018, c'est parce que le marché informel a pris le dessus sur les agences de tourisme autorisées et spécialisées", a-t-elle expliqué.

Elle a déclaré que les agences non autorisées sont principalement dirigées par des personnes chinoises avec une connaissance limitée de l'histoire et de la culture marocaines. En plus de ne pas avoir les documents légaux pour travailler comme guides touristiques, ils n'ont pas les connaissances culturelles minimales et la formation professionnelle pour opérer dans l'industrie.

"Ces gens qui ne connaissent rien du Maroc ou de son histoire viennent ici pendant trois mois pour guider des groupes de touristes chinois qui rentrent ensuite chez eux insatisfaits et parfois même dégoûtés du royaume. Comment ces faux guides peuvent-ils faire le travail correctement alors qu’ils ne connaissent absolument pas l’histoire marocaine, le patrimoine culturel du Maroc et même les produits [touristiques] locaux?"a expliqué Jabrane.

"Et donc, ce qui est initialement vendu aux touristes [chinois] sous forme de visites guidées finit par être des arnaques", a poursuivi Jabrane.

«Les touristes chinois étant principalement intéressés par le tourisme culturel, ils quittent le Maroc insatisfait et frustré. Et une fois en Chine, ils décourageront sûrement leur entourage [de voyager au Maroc]. »

Mais Jabrane n'était pas irréversiblement pessimiste quant à l'avenir du tourisme chinois au Maroc. Elle a toutefois insisté sur le fait que pour que le pays atteigne son nombre cible de touristes chinois, le Maroc doit mettre en œuvre efficacement les réglementations existantes de l'industrie.

Elle a également exprimé l'espoir que le ministre du Tourisme nouvellement nommé (et loué) "aura suffisamment de temps pour s'attaquer à ce problème".

 

Pour toutes les vagues de touristes chinois qui ont visité le Maroc ces dernières années, le royaume ne dispose que de 40 guides diplômés et formés qui peuvent suffisamment servir cette population. Jabrane dit que ce nombre est «très insuffisant» pour répondre aux demandes de «centaines de milliers de touristes chinois».

À cet égard, elle a fait valoir que les autorités marocaines ont la responsabilité d'investir dans la formation linguistique et culturelle, si le pays veut rester une destination compétitive et convoitée pour la vague de touristes chinois de la classe moyenne désireux de découvrir différentes cultures.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *