Le Maroc va lancer un projet de résilience rurale contre le changement climatique

Le Maroc va lancer un projet de résilience rurale contre le changement climatique
Advertisements

En collaboration avec le Fonds international de développement agricole (FIDA), le gouvernement marocain a accepté de lancer un projet agricole de 82,6 millions d'euros pour protéger les exploitations agricoles vulnérables du nord-est de la province de Taza au Maroc contre les effets du changement climatique.

L'agriculture représente 13% du PIB du Maroc et emploie 80% des personnes vivant dans les régions rurales, selon le FIDA. Le Maroc est très vulnérable aux impacts du changement climatique, laissant les agriculteurs à risque.

Le projet de développement rural intégré de la montagne Taza (PRODER-Taza) devrait bénéficier à 11 200 maisons dans les régions rurales en augmentant leur productivité et leur capacité à s'adapter aux changements climatiques, selon le FIDA.

Le projet sera lancé dans les régions de Tainast et d'Aknoul et vise à cibler les petites exploitations agricoles vulnérables tout en se concentrant sur les femmes et les jeunes.

PRODER-Taza cherche à intégrer un «modèle de développement de vergers résilients» durable pendant les sécheresses et les températures supérieures à la moyenne, explique le FIDA. Environ 24 200 acres d'amandiers, 2 400 acres de figuiers et 1 500 oliviers seront plantés.

PRODER-Taza protégera également environ  81 540 acres de terres cultivées contre l'érosion.

De plus, le projet restaurera les routes rurales pour faciliter l'accès aux marchés tout en réduisant les coûts de transport. Une centaine de micro entreprises rurales ouvriront également des possibilités d'emploi aux femmes et aux jeunes, selon le FIDA.

Naoufel Telahigue, directeur du comté pour le Maroc, a déclaré que PRODER-Taza est «aligné sur les priorités du Maroc en matière de réduction de la pauvreté, de nutrition et sécurité alimentaire ainsi que la réponse aux besoins des femmes et des jeunes».

Signé le 3 décembre, l'accord financier inclut le gouvernement marocain pour 43,6 millions d'euros, le FIDA pour un prêt de 31,9 millions d'euros et une subvention de 0,6 million d'euros et les bénéficiaires pour 6,5 millions d'euros.

Basé à Rome, le FIDA est une institution financière internationale et une agence des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. L’objectif du FIDA est d’investir dans les communautés rurales pour les «autonomiser» contre la pauvreté, accroître la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et renforcer la résilience.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *