Les «Dialogues Atlantiques» de Marrakech discutent des problèmes brûlants du monde

Les «Dialogues Atlantiques» de Marrakech discutent des problèmes brûlants du monde
Advertisements

La 8e conférence des Dialogues Atlantiques à Marrakech facilite un dialogue de haut niveau entre plus de 400 experts sur les problèmes auxquels sont confrontés les pays du Sud et de l'Atlantique Sud.

 

La première séance plénière du vendredi 13 décembre a analysé les effets du changement climatique dans le Sud global et l'Atlantique Sud. Udak Amimo, un journaliste kenyan, a modéré la discussion.

La session a invité Andre Caille, un dirigeant d'une compagnie d'électricité canadienne; R. Andreas Kraemer, fondateur et directeur de Emeritus Ecologic Institute à Berlin, Allemagne; Thione Niang, co-fondatrice et co-PDG d'Akon Lighting Africa; et Francis Perrin, membre senior du PCNS.

Les panélistes ont discuté de la concurrence entre le pétrole et les sources d'énergie renouvelables, la transition vers des politiques et des technologies d'énergie renouvelable et l'inégalité mondiale dans la disponibilité des ressources naturelles et des sources d'énergie renouvelables.

 

Sarah Glover, rédactrice des médias sociaux pour les chaînes de télévision appartenant à NBC, a animé la deuxième séance plénière de vendredi sur la technologie, le bien-être et les inégalités.

La session a invité Bruno Boccara, fondateur du Dialogue Socio-Analytique; Maria Teresa Fernandez de la Vega, présidente du Conseil d'État espagnol; Serigne Gueye Diop, ministre conseiller du président du Sénégal; et Sunjoy Joshi, président de la Observer Research Foundation.

Les panélistes ont discuté de la technologie psychosociale, des médias sociaux et de la gratification narcissique, des avantages de la technologie pour l'agriculture, de la façon dont la technologie favorise l'inclusion financière, des révolutions industrielles, de l'augmentation des inégalités et des troubles, si la technologie promeut les droits de l'homme et du rôle des femmes pour garantir que la technologie soutiendra l'égalité.

 

La troisième séance plénière de la journée a invité les orateurs à discuter de la question de savoir si la démocratie est en crise dans le monde. Modéré par Borzou Daragahi, correspondant international pour l'Indépendant, des panélistes et des membres du public se sont engagés dans un dialogue stimulant.

Les panélistes étaient Laura Albornoz, ancienne ministre d'État pour le service national des femmes au Chili; Mohamed Benaissa, ancien ministre marocain des affaires étrangères; Michelle Ndiaye, directrice du Programme pour la paix et la sécurité en Afrique à l'Institut d'études sur la paix et la sécurité; et Trisha Shetty, militante des droits des femmes indiennes et PDG de SheSays.

Les panélistes ont discuté de la baisse du taux de participation aux élections dans le monde, des manifestations pro-démocratiques, du déclin du respect des institutions dans les pays du Sud, de la montée des forces politiques religieuses, de la corruption, du nationalisme et de l'élévation de la voix des jeunes.

 

Vendredi, la quatrième et dernière séance plénière a analysé la protection et l'intégration des réfugiés dans les pays du Sud et de l'Atlantique Sud. La présentatrice et journaliste de la BBC World Africa, Vera Kwakofi, a animé la discussion.

Le public a entendu des informations précieuses d'Abdoullah Coulibaly, président du Forum de Bamako; Richard Danziger, directeur régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre pour l'Organisation internationale pour les migrations; Birame Diop, chef de cabinet spécial du président du Sénégal; Tesfahun Gobezay Kinfie, ministre d'État et conseiller à la sécurité nationale du Premier ministre d'Éthiopie; et Angel Losoda, le représentant spécial de l'UE pour le Sahel.

Les panélistes ont discuté de la situation des réfugiés en Afrique, de l'affaiblissement des droits de l'homme internationaux, de la crise libyenne, de l'accès des réfugiés aux services aux citoyens, des tensions entre les réfugiés et les communautés d'accueil, de la détérioration des ressources, de la xénophobie, de la manière de maintenir l'espoir des réfugiés et de la manière de établir la confiance entre les citoyens, les réfugiés et les institutions gouvernementales.

Chaque session plénière des Dialogues Atlantiques invite les membres du public, qui comprend de nombreux orateurs et modérateurs invités de la conférence, à dialoguer avec des panélistes et à poser des questions percutantes. La conférence offre aux experts et aux non-experts une excellente occasion d'échanger des idées et de développer leurs connaissances sur un large éventail de sujets qui sont de la plus haute importance pour le Sud et l'Atlantique Sud.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *