Le nombre de journalistes assassinés est relativement élevé dans les pays démocratiques, selon la RSF.

Le nombre de journalistes assassinés est relativement élevé dans les pays démocratiques, selon la RSF.
Advertisements

L'organisation internationale à but non lucratif basée à Paris Reporters Sans Frontières (RSF) a publié son rapport annuel. Cette année, 49 journalistes, dont trois femmes, sont décédés en mission dans le monde, ce qui représente le nombre de morts le plus bas en 16 ans.

Environ 80 journalistes par an ont perdu la vie en moyenne au cours des 20 dernières années, a déclaré l'organisation. RSF a ajouté que la plupart des journalistes qui ont perdu la vie cette année sont morts alors qu'ils couvraient des conflits au Yémen, en Syrie et en Afghanistan.

Parmi les victimes figurent 36 journalistes professionnels, 10 non professionnels et 3 collaborateurs des médias. Plus de la moitié d'entre eux (29) ont été tués dans des zones de paix et plus de 60% ont été délibérément visés.

Le chef de RSF, Christophe Deloire, a averti que le nombre de journalistes tués dans des pays soi-disant en paix était toujours alarmant, avec 10 morts rien qu'au Mexique.

"L'Amérique latine, avec un total de 14 journalistes tués à travers le continent, est devenue aussi meurtrière que le Moyen-Orient", a-t-il déclaré.

Alors que le nombre de morts dans les zones de conflit a notablement diminué, Deloire a déclaré que «de plus en plus de journalistes sont assassinés pour leur travail dans les pays démocratiques, ce qui constitue un véritable défi pour la démocratie».

Bien que le nombre de morts parmi les journalistes ait diminué en 2019, d'autres sont incarcérés, selon RSF.

RSF a enregistré une augmentation de 12% par rapport aux chiffres de l'année dernière, avec 389 détenus.

Prèsque la moitié des journalistes (186) sont détenus dans trois pays; Chine, Égypte et Arabie saoudite. Le royaume saoudien a fait l'objet de critiques sévères pour avoir tué brutalement le célèbre journaliste Jamal Khashoggi à son ambassade à Istanbul en novembre 2018.

"La Chine, qui a intensifié sa répression contre la minorité ouïghoure [essentiellement musulmane], détient à elle seule un tiers des journalistes enfermés dans le monde", a déclaré RSF.

Pendant ce temps, 57 journalistes sont retenus en otage à travers le monde, principalement en Syrie, au Yémen, en Irak et en Ukraine.

«Il n'y a pas eu de libération notable d'otages cette année malgré des développements majeurs en Syrie», a expliqué RSF, ce qui a conduit l'ONG à craindre le pire pour bon nombre des personnes enlevées.

En 2019, aucun journaliste n'a été signalé, contre trois journalistes portés disparus en 2018.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *