Les banques centrales du Maroc déclarent que les réserves internationales nettes du pays ont augmenté de 7,1%

Les banques centrales du Maroc déclarent que les réserves internationales nettes du pays ont augmenté de 7,1%
Advertisements

Les réserves nettes internationales du Maroc ont augmenté de 7,1% ces dernières semaines, a indiqué la Banque centrale du Maroc, Bank Al-Maghrib (BAM), dans un récent communiqué, suggérant que le pays se porte bien malgré certains défis persistants et des chocs externes.

Les chiffres indiquent une amélioration globale des perspectives budgétaires et monétaires du Maroc par rapport à la même période l'année dernière, a souligné le communiqué de BAM.

L'évaluation concerne principalement les dernières semaines, la banque marocaine soulignant également qu'elle a injecté 61,2 milliards de dirhams dans l'économie du 12 au 18 décembre. Parallèlement, le dirham marocain s'est apprécié de 0,36% par rapport au dollar et s'est déprécié de 0,11% par rapport à l'euro au cours de la même période.

Le taux interbancaire du pays a entre-temps atteint 2,25%.

Les informations fournissent principalement une lecture encourageante des performances économiques du Maroc et reflètent quelque peu les prévisions du gouvernement marocain concernant le taux de croissance du pays et les performances économiques globales pour 2020.

"Cette année a jusqu'à présent été marquée par une amélioration du déficit budgétaire, tant en termes de taux que de valeurs financières", a révélé fin juillet le gouvernement marocain. «Les perspectives de croissance économique pour 2020 indiquent qu'il y aura des améliorations.»

Ces dernières années, le Maroc a reçu des éloges pour sa «résilience économique» et ses «politiques macroéconomiques saines».

Évaluant les réformes structurelles du Maroc fin 2017, le FMI, qui considère le Maroc comme un «bon étudiant» en matière de réformes fiscales, a applaudi le royaume nord-africain pour «l'amélioration de sa résilience économique, l'amélioration de ses cadres de politique budgétaire et financière et l'augmentation de sa diversification économique».

Le faible taux d'emploi, un environnement des affaires relativement faible et un degré persistant de mauvaise gouvernance sont généralement cités comme les domaines dans lesquels le royaume doit encore s'améliorer alors qu'il cherche à tirer parti de ses réformes structurelles réussies. Pourtant, la perception générale est que, par rapport aux autres pays de la région, le Maroc peut être fier de ses dernières performances économiques.

"Les contraintes externes restent fortes, mais les choix de politiques publiques internes ont joué un rôle majeur en termes de renforcement de la résilience aux chocs externes’’, a récemment déclaré l'économiste français Christian de Boissieu à propos de l'économie marocaine.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *