Un activiste amazigh demande au roi Mohammed VI de reconnaître et célébrer le nouvel an amazigh

Advertisements

Rachid Al Rakha, militant amazigh et président de l'Assemblée mondiale amazighe, a adressé une lettre au roi Mohammed VI, renouvelant les appels à la reconnaissance du nouvel an amazigh ou «yennayer», comme on l'appelle en tamazight en tant que jour férié.

Le professeur a commencé sa lettre en souhaitant au monarque une nouvelle et heureuse année amazigh. L'année 2020 sera le nouvel an amazigh 2970. Le peuple amazigh au Maroc et à travers le monde célébrera le nouvel an le 12 janvier.

"Puisque nous sommes au bord de la neuvième année de la reconnaissance par la constitution marocaine du tamazight comme langue officielle (…), nous vous demandons de reconnaître le nouvel an amazigh comme un jour férié national payé", écrit-il. La Constitution marocaine de 2011 reconnaît le tamazight comme langue officielle aux côtés de l'arabe.

Le professeur a envoyé la même lettre au chef du gouvernement Saad Eddine El Othmani. Cette décision n'est pas la première du genre, plusieurs militants ont déjà envoyé des lettres similaires au gouvernement et au roi.

En 2018, la présidente du média marocain «Alalam Al Amazighi» (Monde amazigh), Amina Ben Sheikh, a adressé un message au roi Mohammed VI avec la même demande.

La demande est devenue une campagne annuelle avec des militants à travers le Maroc demandant que le nouvel an amazigh devienne une fête officielle. Pour les autres activistes, l'année amazighe ne doit pas être un jour férié car elle n'est pas «historique».

En décembre 2019, le chercheur marocain Abdel Rahman Farkish, a fait valoir que les demandes devraient être ignorées et que Yennayer n'est pas un festival valide au Maroc.

Il a soutenu que Yennayer est une «invention de certains Amazigh kabyle en Algérie, appartenant à l'Académie berbère de Paris».

Le kabyle est un groupe ethnique amazigh du nord de l'Algérie. Farkish a déclaré que l'Académie berbère est connue pour son «fanatisme contre les Arabes et contre tout ce qui est de l'histoire arabe en Afrique du Nord».

Advertisements

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *