Le gouvernement marocain ajoute des tarifs sur les vêtements en provenance de Turquie malgré l’ALE

Le gouvernement marocain ajoute des tarifs sur les vêtements en provenance de Turquie malgré l’ALE
Advertisements

Les entreprises importatrices de vêtements devront payer un nouveau tarif marocain de 27% sur les textiles en provenance de Turquie, malgré l'accord de libre-échange Maroc-Turquie (ALE), rapporte L’Economiste. Le tarif, en vigueur le 1er janvier 2020, continuera d'avoir un impact sur le commerce Maroc-Turquie jusqu'au 31 décembre 2021.

Les entreprises qui achètent des vêtements turcs importés et d'autres textiles à vendre au Maroc devront désormais payer une taxe de 27% avant de vendre les vêtements, ce qui rend les vêtements turcs plus chers pour les consommateurs marocains.

Le Maroc et la Turquie ont signé un ALE en 2004 et ont mis en œuvre l'accord en 2006. Au cours des 14 années écoulées depuis le début de l'ALE, le commerce maroco-turc a explosé et les ventes de textiles turcs au Maroc ont atteint 1 milliard de dollars (9,6 milliards de dirhams) en 2018, selon le Bureau d'échange.

Les textiles sont l'une des principales exportations de la Turquie vers le Maroc, représentant près de 50% de leurs exportations totales de 2,24 milliards de dollars (21,5 milliards de dirhams) vers le Maroc en 2018.

Le tarif de 27% augmentera considérablement le coût des vêtements turcs au Maroc par rapport au taux de 0% il y a quelques mois.

Le tarif textile marocain pour la Turquie a augmenté avec d'autres produits en début d'année. Le projet de loi de finances 2020 a relevé le tarif des produits taxés de 25% à 30%. Le taux sur les textiles turcs étant fixé à 90% de ce taux de droit, il est passé de 22,5% fin 2019 à 27% à partir du 1er janvier.

En novembre, le ministre marocain du Commerce, Moulay Hafid Elalamy, a rencontré le ministre turc du Commerce Ruhsar Pekcan à Istanbul pour discuter de l’ALE.

Elalamy avait menacé de retirer le Maroc de l'ALE avec la Turquie au début de l'année, suite à des informations selon lesquelles la Turquie imposerait toujours des obstacles aux importations marocaines, en violation de l'accord de libre-échange.

Advertisements

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *