Les États-Unis annulent African Sea Lion 2020 avec le Maroc au milieu des tensions avec l’Iran

Les États-Unis annulent African Sea Lion 2020 avec le Maroc au milieu des tensions avec l’Iran
Advertisements

Au milieu d’escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran, le Pentagone a annulé l'exercice marin américano-marocain, African Sea Lion 2020, quelques jours avant le coup d'envoi prévu le 8 janvier à Agadir.

Un responsable américain de la défense a déclaré à USNI News, un site Web spécialisé dans les actualités de la marine de guerre, que le Pentagone avait annulé l'exercice annuel conjoint avec la Marine royale marocaine et avait redirigé le navire d'assaut amphibie USS Bataan (LHD-5) et embarqué  la 26e Unité Marine Expéditionnaire au Moyen-Orient.

L’USS Bataan et l’Unité Marine Expéditionnaire embarqués mènent désormais «des opérations de routine, démontrant la flexibilité inhérente de nos forces navales», déclara le lieutenant Cmdr. Matthew Comer, porte-parole de la 6e flotte américaine, le vendredi 3 janvier à USNI News.

«Pour des raisons de sécurité opérationnelle, nous ne discutons pas des opérations futures. Les ARGMEU opèrent en continu à travers le monde pour fournir aux commandants une force opérationnelle air-sol maritime déployée vers l'avant, flexible et réactive », a-t-il ajouté.

Les Marines américaines vont maintenant rejoindre des soldats de la 82e Airborne, basée à Fort Bagg, en Caroline du Nord, qui se sont déployés après le meurtre du général de l'armée iranienne Qasem Soleimani aux côtés du chef de milice irakien Abu Mahdi al-Muhandis le jeudi 2 janvier.

Un drone américain a tué Soleimani près de l'aéroport international de Bagdad en Irak. Le président américain a ordonné l'attaque, estimant que Soleimani constituait une menace pour le personnel militaire et les diplomates américains dans la région.

Les responsables américains ont annoncé que 3 000 soldats supplémentaires seraient déployés au Moyen-Orient par mesure de sécurité.

"Soleimani développait activement des plans pour attaquer les diplomates américains et les militaires en Irak et dans toute la région", selon un communiqué du Pentagone.

Dans une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadeur iranien Majid Takht Ravanchi a déclaré que Téhéran se réserve le droit de légitime défense en vertu du droit international.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *