Le Polisario menace d’empêcher les éco-coureurs africains de traverser le Sahara occidental

Le Polisario menace d’empêcher les éco-coureurs africains de traverser le Sahara occidental
Advertisements

Le Front Polisario a de nouveau adressé des messages menaçants aux Nations Unies et aux organisateurs de la course annuelle Africa Eco Race.

Le groupe dissident a soumis une lettre au Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, condamnant le parcours de l'Africa Eco Race.

La course a débuté à Monaco le 5 janvier et se terminera à Dakar le 19 janvier.

Les participants suivent un itinéraire prescrit qui les mènera à travers les régions du sud du Maroc au Sahara occidental, le portail de l'Afrique subsaharienne.

Les coureurs devraient entrer dans le Sahara marocain le vendredi 10 janvier et devront traverser la berme marocaine (mur de sécurité) et traverser la bande de Guerguerat le lundi 13 janvier. Le Front Polisario affirme que permettre aux coureurs de traverser la bande tampon constituerait une «violation» des résolutions de l'ONU.

Le groupe dissident a conclu sa lettre en appelant le Conseil de sécurité à prendre ses responsabilités et en menaçant de "répondre résolument à toute action visant à saper l'intégrité du Sahara occidental".

Le Maroc porte la responsabilité des «conséquences qui pourraient en résulter» du passage des coureurs de la berme, a menacé le Polisario.

Cette lettre n'est pas la seule menace que le Front Polisario ait émise. Tout au long des années de la course, les membres du Polisario ont envoyé des lettres similaires menaçant d'entraver la progression des participants.En janvier 2019, le groupe dissident a menacé de perturber le rallye Monaco-Dakar.

Alors qu'en janvier 2018, les «autorités» du Polisario ont envoyé deux véhicules pour arrêter la course. Ils ont intercepté deux participants à la course.

Tout en affirmant que permettre aux participants à la course d'entrer dans la zone de Guerguerat constituerait une «violation», le Front Polisario continue de mener des opérations de provocation à l'est de la berme, malgré les avertissements de l'ONU et du Maroc.

En décembre 2019, le Polisario a défié l'ONU en organisant des réunions à Tifariti, à l'est de la ceinture de défense du Maroc ou berme. Le Polisario revendique Tifariti comme une région «libérée».

Les réunions ont eu lieu deux mois seulement après que le chef de l’ONU a informé le Conseil de sécurité des violations du Polisario dans les zones réglementées dans un rapport sur la situation dans la région.

L'ONU a averti le Conseil de sécurité que le Polisario avait «récemment construit» des installations à divers endroits en dehors de la zone réglementée. »

"Un pôle logistique composé de 10 nouveaux bâtiments situés à l'intérieur de la zone réglementée près de Bir Lahlou, qui avait déjà été déclaré une violation en 2017 et inclus dans la liste des violations de longue date en 2018, est resté opérationnel", selon le rapport.

Advertisements

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *