Moulay Hafid Elalamy: Le Maroc perd 2 milliards de dollars annuellement en raison d’un ALE avec la Turquie

Advertisements

Le ministre marocain de l'Industrie, Moulay Hafid Elalamy, a renouvelé ses inquiétudes concernant l'accord de libre-échange (ALE) du royaume avec la Turquie.

Lors d'une session hebdomadaire avec la Chambre des représentants lundi dernier, Elalamy a évoqué les aspects négatifs de l'ALE, en déclarant que le Maroc perd 2 milliards de dollars par an en raison de son accord commercial avec la Turquie. «Il est impossible de les battre», a-t-il déclaré.

Le Maroc a conclu environ 56 accords de libre-échange avec des pays internationaux, dont les États-Unis et la Turquie.

Elalamy a reconnu que ces accords ont des effets positifs dans certains secteurs. «Certains accords ont donné des résultats positifs qui devraient être pris en considération.», a affirmé Elalamy.

Partageant les statistiques avec MPS, Elalamy a noté que les exportations du Maroc ont augmenté de 16% vers les États-Unis et de 12% vers les Émirats arabes unis. Les exportations marocaines vers la Turquie ont augmenté de 23%. Le ministre a rappelé que tous les accords de libre-échange n'ont pas un impact négatif sur les marchés marocains. Cependant, les exportations marocaines vers la Turquie ont baissé de 3,5% pour s'établir à seulement 690 millions de dollars. Les exportations turques vers le Maroc ont atteint 2,3 milliards de dollars par an, a rapporté l'agence Anadolu.

Les exportations turques de textiles vers le Maroc ont provoqué une stagnation dans l'industrie textile marocaine, a déclaré Elalamy, notant un manque de création de nouveaux emplois.

«Aujourd'hui, nous avons un déficit de la balance commerciale, nous allons donc revoir certains accords, mais pas tous. Soit nous arrivons à une solution, soit nous mettons fin à l'accord », a-t-il déclaré.

Rukhsar Pekcan, ministre turc du commerce, est arrivé au Maroc le 15 janvier avec une délégation commerciale de haut niveau pour faire face à la détérioration des relations commerciales entre le Maroc et la Turquie, au milieu des menaces de Rabat de se retirer de l'ALE.

«Le Maroc et la Turquie réexamineront l'accord de libre-échange. [Les fonctionnaires turcs] s'efforceront d'attirer des investisseurs industriels et [des investisseurs] d'autres secteurs », a rassuré Elalamy.

La délégation d'hommes d'affaires arrivés au Maroc a des retours positifs sur leurs investissements passés dans le pays, selon le ministre. Le fonctionnaire a déclaré à la presse que les deux pays examineraient désormais les dispositions de l'accord.

«Nous allons travailler sur plusieurs points afin de parvenir à un accord. Nous nous réunirons à nouveau d'ici la fin du mois pour discuter de la possibilité de parvenir à un accord pour maintenir l'ALE en cours », a-t-il déclaré.

La déclaration d’Elalamy contient cependant une menace implicite: si les deux pays ne parviennent pas à une solution mutuellement avantageuse dans les 15 prochains jours, le Maroc n’aura d’autre choix que de se retirer de l’accord.

Au cours de la réunion, le ministre marocain du commerce a mis en place le plan décisif du pays énonçant les conditions que la Turquie doit remplir pour sauver l’accord. Elalamy a précisé la position du Maroc: «Dans d'autres pays, il faut des années pour parvenir à un accord. Nous n'avons que 15 jours pour décider. C'est la seule solution pour nous deux. Nous ne pouvons pas y échapper. »

Le Maroc, a déclaré le ministre, n'a pas besoin d'un ALE qui ne profite pas aux marocains, notamment en termes de marché du travail. "Cependant, il nous faut défendre nos intérêts lorsque le marché de la création d'emplois et les hommes d'affaires marocains sont concernés", a-t-il prévenu. «Il existe des solutions possibles», a conclu le ministre

Le Maroc et la Turquie ont signé l'accord de libre-échange en 2004. L'accord est entré en vigueur en 2006.

La Turquie, cependant, est certaine que les deux pays parviendront à un accord, selon le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cauvusoglu. Il reste à voir si le Maroc et la Turquie parviendront à un accord ou mettront fin à l'ALE.

Advertisements

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *