Le premier musée national de la photographie au Maroc ouvre ses portes à Rabat

Le premier musée national de la photographie au Maroc ouvre ses portes à Rabat
Advertisements

 

Alors que le fort Rottemburg résiste aux vagues qui frappent sa côte, il protège les œuvres d'art qui ornent son intérieur. Dernier ajout à la Fondation du Musée marocain, le Musée national de la photographie a ouvert ses portes mardi 14 janvier dernier avec l'exposition Sourtna, une curation de Yassine Alaoui Ismaili, connue dans la communauté artistique sous le nom de «Yorias».

Le musée présente la photographie dans un fort du XIXe siècle magnifiquement rénové, en complément des œuvres d'art qui y sont accrochées.

Le président de la Fondation du Musée national, Mehdi Qotbi, a remercié la Région de Rabat Développements pour la restauration dans le cadre du projet «Rabat, ville lumière et capitale marocaine de la culture».

Le prénom du fort vient de l'ingénieur allemand Walter Rottemburg, qui a construit ce qui était à l'époque le premier bâtiment en ciment au Maroc en 1894.

En 1912, les Français l'ont rebaptisé «Fort Hervé», mais pour de nombreux Marocains, il a toujours été «Borj El Kebir» ou «le Grand Fort». Les canons qui ornaient l'entrée du fort étaient des cadeaux de l'Allemagne au sultan Moulay Hassan (1873-1869).

Qotbi, a déclaré à la presse que le Musée national de la photographie sert à enrichir l'éventail des musées de Rabat tout en donnant un espace aux jeunes pour s'exprimer. Qotbi a souligné l’importance de l’emplacement du musée dans le quartier de L’Ocean, symbole que l’art devrait être accessible à tous les habitants de Rabat.

Le nouveau musée représente la «démocratisation de l'art», a-t-il dit, et rien ne correspond plus à cet objectif que la Fondation du Musée national donnant à Yasin Alaui Ismaili alias (Yorias) la possibilité d'organiser la première exposition, Sourtna, ou «notre photo».

"J'ai réuni des artistes connus, émergents et jeunes dans ma sélection car pour moi, il est important de les représenter ensemble, de mettre en avant leur cohérence, leur dynamisme et leur transmission d'une génération à l'autre, c'est une chance historique" m'a dit.

Yorias pense également que le musée peut aider les artistes marocains à s'exprimer et à partager leur pays avec le monde. «Le Maroc est capable de raconter sa propre histoire en créant, défendant, partageant et montrant ces images», a-t-il déclaré.

Yorias a décrit ses choix pour l'exposition comme liés à la façon dont les photos peuvent capturer comment la famille, le quartier, le pays et la culture rassemblent les gens.

Sur le mur de gauche de l’exposition, juste après l'entrée, se trouve «Murmur Walls» de Boubelrhiti Lhoucine. «nous savons que les murs sont muets, mais nous disons souvent qu'ils peuvent voir ce que nous faisons et entendre ce que nous disons. Les murs sont muets, bien sûr, mais ils peuvent exprimer ce qu’ils sont et qui nous sommes. » déclare Lhoucine en décrivant la collection.

Dominant l’extérieur du fort se trouve le «Portrait d’une génération: parmi vous» de Kilito M’hammed qui représente de nombreuses personnes d’origines différentes faisant partie d’une même société.

À l'intérieur du fort, des photos de plusieurs artistes sont accrochées dans des pièces de construction symétrique de chaque côté de la salle qui divise le fort en deux.

L'exposition offre une opportunité à des jeunes photographes comme Mourad Fedouache (19 ans) qui a commencé la photographie de rue en prenant des photos en mode selfie car l'objectif avant était cassé. Pour de jeunes artistes comme Fedouache, le musée inspire de l'espoir et offre une plate-forme pour commencer le voyage vers la réalisation de leurs rêves.

Le Musée national de la photographie est gratuit pendant les quinze premiers jours. Pendant ce temps, l'exposition Sourtna restera ouverte au public jusqu'en avril.

Advertisements

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *