2 153 milliardaires possèdent plus que la richesse combinée de 4,6 milliards de personnes

2 153 milliardaires possèdent plus que la richesse combinée de 4,6 milliards de personnes
Advertisements

Dans un rapport publié lundi 20 janvier, alors que le Forum économique mondial commence à se réunir à Davos, en Suisse, Oxfam soutient que «l'inégalité a atteint des niveaux extrêmes». Au cours des 10 dernières années, le nombre de milliardaires dans le monde a doublé. Les 2 153 milliardaires actuels dans le monde possèdent plus que la richesse combinée de 4,6 milliards de personnes.

Dans le même temps, le pourcentage de la population mondiale vivant dans l'extrême pauvreté a diminué, passant de 15,7% en 2010, selon la Banque mondiale, à 9% aujourd'hui, soit 735 millions de personnes.

Le rapport a noté les appels récents à l'élimination des milliardaires et une estimation que «les deux tiers de la richesse des milliardaires existent en raison de l'héritage ou sont entachés par des liens avec le gouvernement».

Deux Marocains sont entrés dans la liste des milliardaires de Forbes en 2019: Aziz Akhannouch et Othman Benjelloun. Akhannouch, ministre marocain de l’agriculture et chef du parti du Rassemblement national des indépendants (RNI), est le propriétaire majoritaire du groupe Akwa.

Benjelloun est le PDG de BMCE Bank of Africa et a été à l'origine de l'inauguration de la tour Mohammed VI en construction à Rabat, qui sera le plus haut bâtiment d'Afrique.

Le rapport d'Oxfam intervient également quelques jours à peine après que la femme la plus riche d'Afrique, la milliardaire Isabel dos Santos d'Angola, ait été confrontée à de nouvelles allégations selon lesquelles elle aurait gagné sa fortune considérable par la corruption.

Des documents ont révélé que dos Santos, la fille de l'ancien président de l'Angola, avait été autorisée à acheter des biens du gouvernement à bas prix. Dos Santos a également payé 58 millions de dollars de la compagnie pétrolière d'État qu'elle a dirigée vers la société de conseil d'un ami, tout au long de son départ.

Outre l'inégalité des richesses, la prise en charge des membres de la famille, enfants et personnes âgées, était au cœur du rapport d'Oxfam, intitulé «Time to Care». Les femmes effectuent les trois quarts du travail de soins non rémunéré dans le monde, une situation que l'ONG décrit comme montrant les «inégalités inhérentes au système économique».

Oxfam cite des recherches selon lesquelles la société se porterait mieux si les enfants âgés de 3 à 6 ans étaient envoyés dans des programmes préscolaires au lieu d'être pris en charge à la maison par des membres de la famille. Le système actuel, selon l'ONG, «est une structure économique et sociale patriarcale qui propage des attitudes et des croyances sexistes et racistes qui entraînent la marginalisation des femmes et la sous-évaluation des soins».

Au lieu que les femmes s'occupent des membres de la famille dans le besoin, Oxfam suggère il est de la responsabilité de l'État de leur fournir de l’aide.

Advertisements

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *