Le Maroc est absent de la tournée africaine d’Erdogan

Le Maroc est absent de la tournée africaine d’Erdogan
Advertisements

Le président turc Tayyip Erdogan a lancé sa tournée africaine, le leader turc effectuant sa première escale en Algérie. La visite de deux jours à Alger fait suite à une invitation de son homologue algérien, Abdelmadjid Tebboune. La visite vise à renforcer la coopération bilatérale.

"Les deux présidents discuteront des moyens de renforcer les relations et la coopération bilatérales, en plus d'échanger des vues sur les questions internationales d'intérêt commun", a déclaré le bureau de Tebboune.

Erdogan a déclaré aux journalistes à Istanbul avant de décoller: «Nous étions avec M. Tebboune à la conférence de Berlin [sur la Libye]. Nous y avons également tenu des réunions bilatérales. »

"Nous aurons également l'occasion de discuter en détail de nos relations bilatérales lors de nos réunions avec M. le président et d'autres responsables", a-t-il déclaré.

En addition à l'Algérie, le président turc se rendra également au Sénégal et en Gambie. L’objectif ultime du voyage, pour la Turquie, est de renforcer les liens avec les pays africains Le président turc a exclu le Maroc de son agenda pour l'Afrique, malgré les récentes nouvelles d'une future visite d'Erdogan au royaume nord-africain.

Le ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré le 23 septembre 2019 à la chaîne de télévision marocaine 2M qu'Erdogan avait reçu une invitation du roi Mohammed VI à se rendre au Maroc. Le responsable turc a fait sa déclaration après une réunion avec le ministre marocain des affaires étrangères Nasser Bourita en marge de la 74e Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Le Maroc entretient des relations diplomatiques normales avec la Turquie. Le royaume a cependant condamné l'intervention militaire après que la Turquie a annoncé sa décision de déployer ses troupes en Libye.

"Les interventions étrangères n'ont fait que compliquer la situation en Libye, ont supprimé le potentiel d'une solution politique dans le pays, créé des divergences internes et menacé la paix et la sécurité dans tout le Maghreb", avait déclaré Rabat.

La Turquie et le Maroc réexaminent également leur accord de libre-échange (ALE), dont les termes que Rabat trouve désormais plus favorables à Ankara. Une délégation de haut niveau conduite par le ministre turc du Commerce est arrivée au Maroc au début du mois pour discuter de l'accord.

La décision de revoir l'accord intervient après que le ministre marocain du Commerce, Moulay Hafid Elalamy, a partagé ses préoccupations concernant les désavantages de l'ALE sur l'économie marocaine. Elalamy a déclaré que le Maroc perd 2 milliards de dollars par an en raison de son accord commercial avec la Turquie. Le ministre a déclaré que les deux pays ont 15 jours pour trouver une solution. Rabat et Ankara pourraient dissoudre l'ALE, si aucun accord n'est conclu dans le délai de 15 jours.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *