Le Maroc s’engage à poursuivre sa coopération et à diversifier ses partenariats avec l’Inde

Le Maroc s’engage à poursuivre sa coopération et à diversifier ses partenariats avec l’Inde
Advertisements

"Nous sommes prêts à coopérer avec vous [l'Inde], à continuer de travailler avec vous et à diversifier nos partenariats", a déclaré le ministre marocain de l'Énergie, Aziz Rabbah, dans son discours de bienvenue lors d'une cérémonie célébrant le 70e jour de la République de l'Inde. Le ministre a ensuite partagé la détermination du Maroc à continuer de développer et de renforcer les relations diplomatiques historiquement solides entre les deux pays.

"Au cours des trois à quatre dernières années, plus de 15 entreprises ont réalisé d'importants investissements directs au Maroc .Je suis heureux de constater que c'est une tendance et que le Maroc est de plus en plus considéré par les entreprises indiennes comme une passerelle vers l'Afrique", ", a déclaré hier l'ambassadeur de l'Inde au Maroc, Shambhu Kumaran, dans son discours d'ouverture.  Le responsable a qualifié le Maroc d’ «économie émergente» et de «nation leader en Afrique».

«L'Inde est l'un des plus grands marchés des phosphates, de l'acide phosphorique et ses dérivés. Il s'agit d'un partenariat gagnant-gagnant pour les deux pays », a ajouté Singh, décrivant l'énorme potentiel du commerce bilatéral entre les deux pays.

Les entreprises et les investisseurs indiens considèrent le Maroc comme un endroit sûr pour investir et sont parfaitement conscients des grands progrès accomplis par le Royaume. Plusieurs sociétés indiennes leaders du secteur ont implanté des usines au Maroc, notamment le plus grand conglomérat indien, Mahindra. Le constructeur automobile multinational a ouvert son showroom à Casablanca en collaboration avec Comicom du Maroc pour la vente de voitures, VUS, véhicules utilitaires légers, machines agricoles et groupes électrogènes.

Les exportations indo-marocaines comprennent également du matériel de transport, des produits chimiques, des instruments agricoles, des métaux manufacturés, des épices, des produits pétroliers, des produits pharmaceutiques, des médicaments, des plastiques, des fibres synthétiques, des fils de coton et des produits textiles, selon une declaration de Mohamed Malki, l’ambassadeur du Maroc en Inde. Le Maroc exporte à son tour des minerais métalliques et des débris métalliques, des produits semi-finis, des produits chimiques inorganiques, du marbre et du granit, des plantes et des parties de plantes, de la farine et de la poudre de poisson, des déchets de ferraille, des débris de cuivre, des déchets d'acier et de fer et des déchets de papier, pour n'en nommer que quelques-uns.

Le responsable marocain a souligné que «le Maroc n'est pas seulement un marché d'environ 40 millions de consommateurs mais une porte d'entrée pour une population de 1,2 milliard d'habitants».

«L'Inde et le Maroc ont créé un Centre d'excellence en technologies de l'information à Casablanca l'an dernier. Le Centre a déjà formé près de 600 étudiants marocains aux cours d'informatique », a souligné Singh.

«Des maîtres formateurs marocains ont également été formés en Inde. Récemment, le CEIT a lancé un cours en ligne sur le Big Data Analytics, organisé par le prestigieux Indian Institute of Technology, Madras. »

Un accord Inde-Maroc signifie que les diplômes marocains sont reconnus en Inde et vice versa.

Les relations diplomatiques solidesdu Maroc avec l'Inde remontent à 2015, lorsque les deux pays ont commencé à collaborer dans divers secteurs. La visite du roi Mohammed VI à New Delhi en octobre 2015, dans le cadre du troisième sommet du Forum Inde-Afrique, a marqué le lancement de la coopération en cours de Rabat avec l'Inde. Lors de la visite, la délégation marocaine, dont le ministre de la Défense Abdeltif Loudyi, a accompagné le roi. Loudyi a rencontré le ministre indien de la Défense, Nirmala Sitaraman, dans le bloc sud, à New Delhi. Les réunions se sont avérées fructueuses, les deux responsables ayant signé des protocoles d'accord couvrant l'espace, les technologies de l'information et des communications (ITC), la télémédecine, la lutte contre le terrorisme et la contre-insurrection.

La coopération maroco-indienne a continué de se renforcer, les deux pays ayant signé deux nouveaux protocoles d'accord en juin 2016. Les accords concernaient les phosphates marocains entre autres opportunités d'investissement.

Les protocoles d'accord de 2016 ont marqué la première fois que le Maroc investissait dans un pays asiatique.

Parallèlement, depuis octobre 2015, le Maroc et l'Inde ont signé 35 accords. Le nombre de protocoles d'accord représente plus de la moitié de ceux signés depuis l'établissement des relations diplomatiques en 1957. Les accords ont propulsé les échanges commerciaux à un niveau sans précédent. Selon les chiffres commerciaux d'un bulletin statistique du Bureau des Changes, en 2018, le commerce bilatéral s'élevait à environ 1,8 milliard de dollars, le plus élevé de l'histoire des deux pays.

Bien que la coopération mutuelle indo-marocaine ait un grand potentiel, certains obstacles bloquent actuellement le côté commercial de la relation. Singh a expliqué qu'il existe actuellement des droits de douane élevés sur les produits indiens. Les droits de douane rendent les produits indiens importés coûteux par rapport aux produits similaires importés d'autres pays avec lesquels le Maroc a conclu des accords de libre-échange (ALE). En l'absence d'accords commerciaux préférentiels (ACPr), les produits indiens resteront chers.

"Nous espérons qu'avec la signature d'un accord de partenariat commercial entre l'Inde et le Maroc, il y aura une augmentation substantielle du commerce bilatéral", a noté Singh.

Alors que la relation diplomatique maroco-indienne est pleine de promesses, en termes de coopération politique et de potentiel commercial, les obstacles et les défis doivent être résolus pour que la relation porte ses fruits.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *