Le Maroc vient à l’aide des pays africains pour mettre en place un système de surveillance radioactive

Le Maroc vient à l’aide des pays africains pour mettre en place un système de surveillance radioactive
Advertisements

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a sélectionné le Maroc aux côtés de l'Éthiopie, du Kenya et du Sénégal pour contribuer à la mise en œuvre de la deuxième phase du projet de développement des infrastructures de réglementation (RIDP) de l'AIEA en Afrique.

Le projet de trois ans vise à aider 37 pays africains à établir des organismes de réglementation pour contrôler les sources radioactives et assurer le respect des réglementations et des lois internationales sur les rayonnements.

«Les chefs de projet ont identifié quatre pays facilitateurs – l'Éthiopie, le Kenya, le Maroc et le Sénégal. Les pays joueront un rôle clé dans la prochaine phase du projet en facilitant l'échange de connaissances et en fournissant les meilleures pratiques de la région.», a indiqué l'AIEA dans un communiqué.

Les pays sélectionnés devraient fournir un plan d'action de projet comprenant des ateliers, des missions consultatives et des réunions d'experts. Les activités du projet aideront les pays participants à combler les lacunes de leur infrastructure juridique et réglementaire pour l'utilisation sûre des sources radioactives.

L'agence a souligné que les sources de rayonnement sont essentielles dans la médecine, l'industrie, la recherche et l'éducation, et que leurs émissions doivent être soigneusement manipulées pour protéger les personnes et l'environnement contre les effets potentiellement nocifs.

Soutenue par la Nuclear Regulatory Commission des États-Unis, la deuxième phase du RIDP verra la participation de 37 pays, contre 13 pays qui ont participé à la première phase en 2017. Les pays comprennent 28 États membres de l'AIEA et neuf États non membres de l'AIEA, à savoir le Cap-Vert, les Comores, la Gambie, la Guinée, la Guinée équatoriale, la Guinée Bissau, Sao Tomé-et-Principe, la République fédérale de Somalie et la République du Soudan du Sud.

Le Directeur général adjoint de l'AIEA, Juan Carlos Lentijo, a déclaré que le projet vise à aider les pays participants à utiliser efficacement et en toute sécurité les sources de rayonnement.

«Un organisme de réglementation solide et effectivement indépendant, doté de l'autorité juridique, des ressources et des compétences techniques appropriées est le premier allié à garantir une utilisation sûre et sécurisée des sources de rayonnement», a déclaré Lentijo lors du lancement de la deuxième phase du RIDP de l'AIEA à Vienne le 20 janvier.

Un certain nombre de pays ont bénéficié de la première phase du projet RIDP en Afrique, dont le Bénin, le Malawi, le Rwanda et les Seychelles, entre autres. Les bénéficiaires ont profité de l’assistance de l’AIEA pour mettre en place un système d’inspection pleinement opérationnel pour contrôler les sources de rayonnement. Des projets similaires ont eu lieu en 2013 en Afghanistan et de 2014 à 2016 en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *