La Turquie demande au Maroc de prolonger la période de négociations pour revoir l’ALE

Advertisements

Le gouvernement marocain a annoncé que la Turquie souhaitait disposer d’une semaine supplémentaire avant la prochaine réunion pour décider du sort de l’Accord de libre-échange (ALE).

Plus tôt ce mois-ci, le ministre marocain de l'Industrie, Moulay Hafid Elalamy, a déclaré que les deux pays ont 15 jours pour trouver une solution mutuellement avantageuse pour sauver l'ALE ou le dissoudre.Cette décision intervient en réponse aux effets négatifs de l’ALE avec la Turquie sur l’économie du Maroc.

Le porte-parole du gouvernement Hassan Abyaba a annoncé la nouvelle lors d'un point de presse après le Conseil du gouvernement.

«Les ALE peuvent être révisés en fonction des avantages mutuels de l'échange de biens et de services. Le Maroc a le droit de revoir tout accord sur cette base», a déclaré Abyaba.

La déclaration fait écho aux remarques faites par Elalamy lors de la visite du ministre turc du Commerce Ruhsar Pekcan au Maroc le 15 janvier. Au cours de ses entretiens avec Elalamy, les deux responsables ont déclaré qu'ils se rencontreraient à nouveau après 15 jours pour décider de l'accord.

Si les deux pays ne parviennent pas à une solution mutuellement avantageuse dans le délai imparti, le Maroc n'aura d'autre choix que de se retirer de l'accord.

Cette décision est due aux pertes que l'économie marocaine a subies en raison de l'accord, a déclaré le responsable. Dans une précédente déclaration, Elalamy a signalé que le pays perd 2 milliards de dollars par an en raison de son accord commercial avec la Turquie.

Les exportations marocaines vers la Turquie ont baissé de 3,5% pour s'établir à seulement 690 millions de dollars. Parallèlement, les exportations turques vers le Maroc ont atteint 2,3 milliards de dollars par an.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *