Le Maroc devient leader arabe de la production d’électricité à source d’énergies renouvelables

Le Maroc devient leader arabe de la production d’électricité à source d’énergies renouvelables
Advertisements

Le Maroc reste un leader dans le monde arabe en termes d'électricité produite à partir d'énergies renouvelables, selon une étude du Centre King Abdullah d'études et de recherches pétrolières. L'étude révèle que le Maroc est le leader de la production d'électricité à partir d'énergies renouvelables suivie par l'Égypte et la Jordanie.

L'étude indique que le secteur des énergies renouvelables a besoin d'une main-d'œuvre plus importante et de plus de ressources pour sa croissance. Le secteur ne génère que 1% des opportunités d'emploi au Maroc, en Égypte et en Jordanie.

"L'énergie solaire concentrée (CSP) au Maroc, avec 1 800 employés et l'énergie solaire photovoltaïque en Égypte, avec 3 000, sont les secteurs renouvelables qui emploient le plus grand nombre de travailleurs dans ces deux pays, respectivement", selon l'étude.

La production de charbon au Maroc représente un levier dans le secteur de l'électricité. Le charbon domine la capacité de production d'électricité du pays avec 58% de la production d'électricité en 2016. Le charbon est suivi du gaz naturel avec 20% et du pétrole avec 10%. Le Maroc se positionne comme un leader continental des énergies renouvelables avec plusieurs projets de renommée mondiale dans le domaine, dont le complexe solaire de Noor Ouarzazate.

L’étude indique que l’énergie solaire et éolienne (12%) et l’hydroélectricité (1%) fournissent le reste du mix électrique du pays. Ces chiffres sont conformes aux estimations récentes de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), montrant que les énergies renouvelables pourraient employer plus de 40 millions de personnes d'ici 2050.

L'étude montre aussi que le secteur n'attire toujours pas les étudiants, qui mettent davantage l'accent sur des domaines tels que les sciences sociales et la santé et l'éducation, «reflétant leur aspiration à travailler au gouvernement».Le rapport montre que très peu d'étudiants suivent des études «des sujets scientifiques, techniques et d'ingénierie et domaines représentant la plupart des emplois dans les secteurs des énergies privées et renouvelables».

L’étude a toutefois souligné la détermination du Maroc à continuer de se développer en tant que leader sur le continent et dans le monde arabe dans le domaine des énergies renouvelables.

"La stratégie nationale de l'énergie (SNE) du Maroc était l'une des stratégies les plus ambitieuses et les plus complètes en matière d'énergie renouvelable dans la région MENA", selon l'étude.

Le rapport rappelle les aspirations du Maroc à atteindre 42% de la capacité totale de production d'électricité installée à partir des ressources solaires, éoliennes et hydroélectriques d'ici 2020, avec 2 gigawatts (GW) de capacité installée pour chaque ressource, soit 6 GW au total.

Les objectifs du Maroc augmenteront à long terme avec une ambition de 52% d'ici 2030. L’Office des changes du Maroc montre que les importations d’électricité du Maroc ont diminué de 93,5%, du fait de la volonté du pays de devenir producteur autosuffisant de sa propre électricité.

En 2019, le Maroc n'a importé que de l'électricité pour 149 millions de dirhams (environ 14 millions d'euros) contre 2,3 milliards de dirhams (environ 217 millions d'euros).

Advertisements

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *