Moulay Hafid Elalamy : le Maroc a perdu 44000 opportunités d’emploi dans le textile en 2017

Moulay Hafid Elalamy : le Maroc a perdu 44000 opportunités d’emploi dans le textile en 2017
Advertisements

Le ministre marocain de l'Industrie, Moulay Hafid Elalamy, a de nouveau commenté les accords de libre-échange (ALE) signés par le Maroc et d'autres pays, dont les États de l'UE, la Turquie et les États-Unis.

Lors d'une session parlementaire à la Chambre des représentants hier, Elalamy a déclaré que le déficit du Maroc dans l'ALE avec l'Europe s'élève à 75 milliards de dirhams par an, dont un déficit de 20 milliards de dirhams dans le seul secteur des hydrocarbures.

Il a toutefois rassuré le Parlement que le rythme du déficit susmentionné a diminué en raison des importations marocaines de 18 milliards de dirhams et des exportations de 60 milliards de dirhams dans l'industrie automobile. Il a déclaré que plus de 71% des investissements étrangers au Maroc proviennent d'Europe.

«C'est très important», a déclaré le ministre.

Il a décrit la relation du Maroc avec l’Europe comme étant rentable en raison du flux de touristes en provenance d’Europe ainsi que des transactions étrangères en provenance du continent. Commentant sur les accords commerciaux avec les pays étrangers, le ministre a déclaré que le déficit causé par l'ALE avec les États-Unis avait atteint 20 milliards de dollars, dont 15 milliards dans le secteur des hydrocarbures et 3,5 milliards dans le secteur des aéronefs, en particulier Boeing. Parallèlement, le déficit dû à l'ALE avec la Turquie a atteint 18 milliards de dirhams, le Maroc n'important pas d'hydrocarbures d'Ankara.

Elalamy a renouvelé ses inquiétudes concernant la présence de textiles turcs, déclarant: «Nous avons un problème avec le secteur avec lequel la Turquie est active au Maroc. Nous avons perdu 44 000 emplois dans ce secteur en 2017, donc le déficit a également aggravé les problèmes», a déclaré le ministre aux députés.  Il a rappelé qu'il avait rencontré la ministre turque du Commerce, Ruskar Pekcan, et que les deux responsables avaient décidé de revoir l'ALE pour trouver une solution.

Initialement, le Maroc a donné à la Turquie 15 jours pour trouver une solution. La Turquie a demandé une semaine supplémentaire qui est déjà expirée.

"Si nous ne trouvons pas de solution, nous résilierons l'accord." Il a déclaré que la Turquie est consciente qu'un examen de l'accord est nécessaire pour qu'il soit mutuellement avantageux.

Le membre du ministère de la Justice et du Développement (PJD), Idriss Azami, a déclaré que les accords de libre-échange avec des pays étrangers coûtaient cher au Maroc. Lors de la même réunion, le député a déclaré que le Maroc devrait mettre en place un mécanisme qui compenserait les pertes de l'industrie textile. Il a indiqué que le Maroc importait plus de 65% des textiles de l'étranger. Le député a également déclaré que le Maroc devrait d'abord chercher à défendre ses propres intérêts.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *