Le Maroc jouit d’un climat d’investissement plus fort que l’Afrique du Sud et le Kenya

Le Maroc jouit d’un climat d’investissement plus fort que l’Afrique du Sud et le Kenya
Advertisements

La Rand Merchant Bank (RMB) a désigné le Maroc comme le deuxième pays le plus attractif pour les investissements en Afrique, émergeant plus fort que l'Afrique du Sud et juste derrière l'Égypte dans l'indice 2019 de la banque.

L'indice «Où investir en Afrique» vise à fournir des données et des analyses facilement digestibles aux entreprises qui envisagent d'investir en Afrique. L'indice met également en évidence de nouvelles opportunités pour ceux qui sont déjà investis sur le continent.

Le RMB détermine son classement en évaluant le potentiel d'investissement de chaque économie africaine. La première section de l'indice, le classement de l'attractivité des investissements en RMB, le fait en superposant les fondamentaux macroéconomiques aux aspects pratiques des affaires sur le continent. En tant que cinquième marché africain et avec un taux de croissance prévu de 4% à moyen terme, le Maroc est une destination attrayante pour les investisseurs.

Le RMB note que l’environnement opérationnel bien développé du Maroc, sa réintégration dans l’UA et sa forte présence dans la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont des facteurs qui ont renforcé l’attrait du pays pour l’investissement.

«Des aspects tels que la simplification du processus d'enregistrement d'une entreprise, l'amélioration des soumissions électroniques et le traitement des documents d'exportation, ainsi que l'augmentation de l'efficacité du service des douanes, ont aidé le Maroc à passer au deuxième rang», explique l'indice.

Les seuls risques d’investissement du Maroc sont sa dépendance à l’Europe par le biais du tourisme, des investissements directs étrangers (IDE) et des envois de fonds. Cependant, l’indice n’a relevé aucune menace immédiate pour la position du Maroc dans le classement du RMB.

Le Maroc a décroché la première place dans un classement alternatif qui évalue principalement l'environnement opérationnel d'un pays, ou la facilité avec laquelle il est possible de faire des affaires dans un pays donné. Ceci est déterminé par des facteurs tels que la présence de clients et de fournisseurs; compétition; La technologie; lois et activités gouvernementales; ainsi que les tendances du marché, sociales et économiques.

«L'environnement opérationnel est une composante vitale d'un dossier d'investissement car il équilibre la vision macroéconomique quantitative avec les aspects pratiques de la conduite des affaires.»

Selon le dernier rapport du FEM sur la compétitivité en Afrique, les facteurs les plus problématiques pour faire des affaires sur le continent sont l’accès au financement, la corruption, les taux d’imposition, la bureaucratie gouvernementale inefficace et l’insuffisance des infrastructures.

Le rapport sur les risques régionaux pour la conduite des affaires du FEM se concentre sur la vulnérabilité de l’Afrique aux défis économiques. Ces défis comprennent le chômage ou le sous-emploi, l'échec de la gouvernance nationale, le choc des prix de l'énergie, l'échec des infrastructures critiques, les crises fiscales, l'échec du mécanisme ou des institutions financières, l'échec de la gouvernance régionale et mondiale, les crises de l'eau, les crises alimentaires et l'inflation ingérable.

Advertisements

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *