Ceuta, Le Monde et nous Les interconnexions et les interprétations d’une crise saisonnière

Ceuta, Le Monde et nous Les interconnexions et les interprétations d’une crise saisonnière
Advertisements

Ceuta, Le Monde et nous
Les interconnexions et les interprétations d’une crise saisonnière.

Sous le titre donneur de leçons  » Crise des migrants à Ceuta.Il est temps de sortir d’une certaine naïveté dans le regard porté sur le Maroc », Le Monde du 21 mai 2021 se lance dans sa version numérique dans une mise à nu du Maroc. Un exercice qui se veut détenteur de valeurs morales. En fait europhiles, marocophobes.

Un article sur un dérapage passager maroco-espagnol aurait été plus proche de la réalité géostratégique et s’inscrirait dans la tradition de ce quotidien français de référence. Un éditorial ne se justifie pas. À moins qu’il dispose de données exclusives. Faire croire que le Maroc emprunte la voie du Grand Turc, Erdogan , et du libyen Kadhafi à propos des menaces migratoires est peu crédible . Le Monde nous avait habitué à plus de perspicacité et de rigueur. À moins que le fait pour le journal de placer cet « éditorial  » dans sa rubrique  » Opinion. Immigration en Europe  » n’en limite la portée.

Que l’éditorial du Monde rappelle ce que nous savons malheureusement, celà ne peut être contesté. Oui « la précarité sociale dans laquelle végètent des catégories entières de la population  » marocaine est une évidence insupportable pour tout le monde. Et que soit souligné dans ce même article que « la défense des intérêts légitimes du Maroc ne doit pas le dispenser de traiter décemment sa population  » on ne peut qu’y souscrire et mener ce combat de la dignité.

Mais de là à alarmer l’Europe contre le Maroc , à prétendre que l’épisode de Ceuta  » va marquer durablement les relations entre Rabat et Madrid et ,au-delà, Bruxelles « c’est, franchement, allumer le feu dans la région .
En signifiant à l’Europe ce qu’elle doit faire l’éditorialiste sort de son rôle originel. Le Monde n’est ni le porte-parole de la France ni , à fortiori, celui de l’Union Européenne.
Les deux voisins, le Maroc et l’Espagne savent cohabiter en bonne intelligence et circonscrire les incendies frontaliers. Selon les dernières informations les forces sécuritaires sont renforcées de part et d’autre , évitant toute nouvelle vague migratoire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *